Mazan en Vaucluse

Droit de réponse....

Article de l'adjoint à l'urbanisme paru dans la Presse le 20/10/2018.. Cliquez-ici 

Lettre en droit de réponse envoyée à la Presse:

Donneur de leçons ou élu responsable ?

L’explication donnée par l’adjoint à l’urbanisme parue dans votre journal du 20 octobre, faisant suite au Conseil Municipal du 27 septembre semble claire mais ne tient pas à l’analyse. Pourquoi ? Les 3 activités citées n’existaient-elles pas sur notre commune en 2017. Bien sûr que si. Voilà la raison de mon vote lors de l’approbation du PLU le 29 juin 2017 : pas contre le PLU, il s’impose à nous mais contre la clôture d’un document inabouti, incomplet, oubliant les besoins légitimes des organismes cités dans l’article. Reprenons d’ailleurs les recommandations et la conclusion du Commissaire-enquêteur dans son rapport de 2017 à ce sujet :

« - rencontrer dans les plus courts délais le Président du SMRV afin de mettre en cohérence le zonage d'assainissement avec le zonage du PLU.

-prendre en compte les nombreuses observations, recommandations et réserves qui ont été portées à l'attention du maître d'ouvrage par les Personnes Publiques Associées et consultées.

Conclusion: compléter le dossier et/ou effectuer les corrections nécessaires pour présenter un document d'urbanisme qui soit complet et fiable dans sa version définitive. »

La sagesse devant un tel constat, aurait été de suivre ces remarques et le conseil livré en séance par Mr BONNET : retarder de 6 mois l'approbation de la délibération en mettant à profit ce délai pour consulter et finaliser le document. Que nenni pour le maire et l'adjoint à l'urbanisme, entêtés et pressés !!

Aujourd'hui, 16 mois plus tard, nous sommes englués dans un défilé de modifications, dites simplifiées, allégées... et le « patchwork » n'est pas fini.

Alors, non, je ne crois pas être un donneur de leçons, juste un élu pragmatique qui juge nécessaire de donner du temps, de la réflexion et de la concertation pour un acte fondateur (le PLU) qui engage pour une décennie la vie sociale, environnementale, culturelle et économique du citoyen de notre commune. Pour un dernier éclairage, j’invite chacun à prendre connaissance du texte de la délibération concernant le PLU, présentée lors du Conseil Municipal du 27 septembre 2018 : aucun détail n’est fourni sur les STECAL concernés par la révision… Il faut attendre l’article cité ci-dessus pour être informé… Voilà comment est compris « l’intérêt de la ville » par la majorité municipale…

Pour certains, récuser le diktat des maîtres à penser me condamne pour lèse-majesté. Pour moi, les devoirs d’un élu sont d'une autre nature. Le moment viendra de porter un jugement sur les méthodes, la qualité du travail et ses conséquences.

Droit de réponse publié par la Presse.... Cliquez-ici

Un certain mépris pour la concertation.... 

La rénovation de la place du 11 novembre: un projet qui divise, conduit sans réelle concertation.
Nous avons proposé un groupe de travail élargi avec des commerçants, des usagers de la place (boulistes,anciens combattants), les riverains impactés (Groupama,Maéva, St Dominique).

Refus net !!!

Il est clair que cet aménagement va avoir un impact direct sur leurs activités. C'est à croire que notre maire et sa majorité veulent en finir avec le commerce du centre-ville.
Après la déviation sud qui va passer à plus de 3 kms, la création d'un centre commercial à la sortie de Carpentras, ils portent le coup de grâce avec la rénovation de la pace du 11 novembre et une réduction du nombre de places de stationnement de 60 à 20.

Pour s'opposer à ce dernier projet une pétition a recueilli plus de 1000 signatures.

Les commerçants que nous avons consultés sont opposés au projet, certaines entreprises riveraines n'ont même pas été consultées.
Les "boulistes" ont été snobés. Lors de la réunion de la commission municipale chargée d'étudier le projet, nous nous sommes inquiétés de leur absence. Pour monsieur Navello la communication est déjà faite et ils sont tous d'accord, ambulants du marché compris !!!

Est ce que pour autant notre place du 11 novembre ressemblera à une vrai "place provençale" sans la composante "terrasse" avec de quoi se désaltérer ou se restaurer?

Au moment où les communes doivent serrer leur budget, ce projet approche les 900 000 euros.
Est ce bien raisonnable ?

Voir également article sur la concertation à minima avec le maire...cliquez-ici